réunion publique sur le report modal

La CGT a organisé le samedi 13 mai une réunion publique à St Jean de Maurienne sur le report modal. Voici la contribution du journal « communistes » :

Ce que propose Macron en matière de transports, en particulier pour le ferroviaire, n’a rien de réjouissant puisqu’il a créé – pour les pauvres – les bus qui portent son nom. Lui continuera à prendre le TGV ! La politique ultra-libérale qu’il préconise, a des effets connus :  Il suffit de jeter un œil en Grande-Bretagne ou en Allemagne. La SNCF veut accroître sa compétitivité sur le dos des usagers et des cheminots. Le souci de rentabilité a remplacé les valeurs de service public. Tout cela pour ouvrir le transport à la « concurrence libre et non faussée » et pour le « tout profit ».

Utile aux usagers, le rail l’est aussi écologiquement pour diminuer la circulation et ré- duire la pollution, tant pour le transport des personnes que des marchandises. Pourtant, en matière de transports, ni la COP21, ni le Grenelle de l’environnement n’ont été suivis d’effets. C’est particulièrement vrai pour le fret. En quelques années, le rail a perdu la moitié de ses trafics de marchandises. Mais 2 millions de camions de plus sur nos routes.

Tout est fait pour nuire au fret ferroviaire : autorisation de circuler aux camions de 44 tonnes, abandons de l’écotaxe et de la taxe poids lourds. Pourtant, des solutions existent. En Suisse, en 2015, le transport ferroviaire concernait plus de 70 % du trafic de transit international dans les Alpes ! C’est donc faisable, dès lors qu’on en a la volonté politique.

Le Parti communiste a fait de ces questions une priorité nationale en lançant en février dernier une grande bataille du rail dans tout le pays pour faire connaître nos propositions. L’État doit prendre en charge la régénération du réseau ferré et son développement car les infrastructures ferroviaires sont un élément clef de l’aménagement du territoire.

Impératif aussi de revenir à un système ferroviaire réunifié au sein d’une entreprise publique unique, à l’opposé de la filialisation à outrance qui sévit depuis des années. C’est ainsi qu’il sera possible

  • D’imposer des critères sociaux, environnementaux et de qualité de service stricts
  • D’instaurer une tarification sociale et écologique pour s’extraire d’une concurrence dé- loyale entre la route et le rail ou le fleuve.

Cela ne pourra pas se faire sans un travail sur la fiscalité, la tarification, les droits sociaux.

Nous proposons de généraliser le versement transport à toutes les régions et de l’appliquer à toutes les entreprises.

Il faut aussi tendre vers la gratuité des transports périurbains afin de rendre les transports en commun plus attractifs.

Au niveau européen, la France doit lancer un processus de renégociation des paquets ferroviaires avec un objectif de coopération et de mutualisation des différentes compagnies de chemin de fer.

Il faut aussi parler des coûts financiers de la dette, exorbitante. Les intérêts de cette dette s’élèvent à 1,75 milliard d’euros par an, ce qui correspond à 26 000 emplois par an. C’est à l’État de la prendre en charge cette dette publique, contractée sous ses ordres. Nous proposons enfin la renationalisation du réseau autoroutier dont les bénéfices vont aux actionnaires de groupes privés. Au contraire, la nationalisation permettra d’affecter ces bénéfices au financement des infrastructures de transport, sous l’égide d’un pôle public national des transports

Rien ne pourra se faire sans garantir aux cheminots un haut niveau social. L’élection d’Emmanuel Macron ne promet rien de bon. Nous serons aux côtés des cheminots pour le maintien de leur statut, l’amélioration de leur protection sociale et une formation professionnelle apte à assurer la qualité et la sécurité du transport ferré.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *